Connue sous le nom d’ « Ile Sacrée « , Raiatea fut la première île à être peuplée. Comme c’est l’une des îles les moins fréquentées de la Polynésie française, elle a conservé son histoire et sa culture qui lui sont uniques ; les résidents accueillent les touristes qui veulent vivre une expérience extraordinaire. Vous ne trouverez pas ici des bus touristiques remplis de personnes ou d’énormes stations balnéaires de luxe ; au contraire, vous aurez le désir d’explorer Raiatea et ses richesses. Il y a une route principale qui entoure partiellement l’île, et ceux qui souhaitent voir l’intérieur de l’île devront marcher à travers la jungle ou prendre un bateau pour descendre la seule rivière de Polynésie française, la rivière Faaroa.

L’une des principales raisons pour lesquelles les gens visitent Raiatea est de découvrir son histoire sans pareille, ce qui peut être fait en visitant le Marae Taputapuatea. Le site archéologique était déjà établi vers l’an 1000 de notre ère et fut le premier marae royal – un lieu sacré où les anciens Polynésiens croyaient que les prêtres pouvaient appeler les dieux à venir sur Terre pour leur donner des forces. Ce marae si particulier était très important ; en tant que centre cérémoniel, des offrandes étaient offertes et des prêtres et des navigateurs de toute la Polynésie française venaient ici pour de longues et profondes  discussions sur les origines de l’univers. Il est intéressant de noter que Marae Taputapuatea était dédiée à Oro, le dieu de la guerre qui ordonnait des sacrifices humains. Les Polynésiens de cette époque croyaient qu’il n’y avait pas de plus grand don pour un dieu que la chair humaine, beaucoup d’entre eux y ont été réalisés. Aujourd’hui, les visiteurs du temple en plein air peuvent admirer sept sites marae magnifiquement construits en corail et en pierre.

Le marae Taputapuatea est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Comme Raiatea reste en grande partie intacte, c’est aussi un excellent endroit pour explorer la nature. Une randonnée au sommet du Mont Temehani vous permettra de voir la fleur sauvage Tiare Apetahi, qui ressemble à une main gantée de blanc. Le sommet de cette montagne est le seul endroit au monde où cette fleur peut pousser. De plus, le lagon abrite des jardins de coraux colorés, des grottes sous-marines et des poissons tropicaux, que l’on peut explorer en faisant de la plongée avec tuba ou du kayak dans un motu voisin (petite île entourée d’un récif). On peut également pratiquer de la plongée dérivante ou de la plongée sous-marine pour aller observer l’épave du Norby qui coula en 1900.

Français